Return to site

La Voix de l'Est

by Marie-France LeTourneau

· Newspaper

Recette gagnante

Leur aventure est née d'un intérêt commun pour le yogourt. «Adam travaillait pour une compagnie de yogourt glacé et il était surpris du fait que ce n'est pas vraiment du yogourt. C'est parti d'une conversation où on s'est dit que ce n'est pas si compliqué à faire. Et on s'est mis à avoir du fun avec ça. On a commandé des bactéries à travers le monde pour faire des tests», explique celle qui a travaillé en restauration et étudié la nutrition humaine à l'Université McGill.

Dans le cadre de ses expérimentations, le couple a découvert le lait de vache Jersey, «plus riche et plus facile à digérer», précise Adam Coape-Arnold.

C'est ce lait, qui provient pour le moment de la Ferme Homeridge à East Farnham, qui les a amenés dans la région il y a environ un an. Ils ont cogné à la porte de la Fromagerie des Cantons, qui utilise également ce nectar blanc pour ses fromages, afin de pouvoir fabriquer leurs yogourts sur place.

Les fruits et le sirop d'érable qui entrent dans la production des yogourts proviennent en bonne partie de Dunham et, depuis peu, de Sainte-Cécile-de-Milton, alors que le couple a élaboré une nouvelle saveur avec les camerises de la famille Gosselin.

En demande

Actuellement, les produits de Cult Yogourt, présentés dans des sachets de 500 grammes et de petits pots de verre de 135 grammes, sont disponibles dans 10 points de vente et cinq restaurants, à Montréal principalement. «À la Fromagerie Atwater, ils partent en une journée. La moitié est déjà réservée quand je vais les livrer», lance Adam Coape-Arnold.

Le bouche-à-oreille a sans conteste fait son oeuvre, se réjouit le duo, qui a été approché par les supermarchés santé Avril et Valmont, intéressés à offrir leurs yogourts onctueux. Avril, à Granby, pourrait en avoir sur ses tablettes à l'automne, avance M. Coape-Arnold. «C'est dur de produire plus ici, mais éventuellement on aimerait quintupler notre production», relève-t-il.

Un projet qui permettrait à lui et son associée de s'installer à Farnham, dans une bâtisse construite à proximité de la fromagerie, est dans l'air. Mais d'autres municipalités seraient aussi prêtes à dérouler le tapis rouge aux entrepreneurs, qui ont profité de l'aide d'un investisseur privé dans cette aventure.

Outre ses deux fondateurs, Cult Yogourt compte déjà trois employés, dont un à la production, un au graphisme et un autre au développement des ventes.

Détail: la mise en marché de Cult Yogourt est très personnalisée. La mention «Fabriqué par Éloïse dans les Cantons-de-l'Est» apparaît sur les petits contenants de verre, qui se détaillent environ 3 $ chacun. «Les clients veulent savoir d'où ça vient et qui le fait. On ne peut pas être Liberté ou Danone. Mais on peut être transparents», estime Adam Coape-Arnold.

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly